Bannière entête

CHASSE en forêt de Sillé

Pour information, voici le courrier que j'adresse au Ministre de l'Agriculture et de la Forêt, le 12/04/2013.
 
 
Objet : Chasse en forêt domaniale
                                                                                  Monsieur Stéphane LE FOLL
                                                                                  Ministre de l’Agriculture et de la Forêt
78, rue de Varenne
75349 Paris SP 07
 
 
 
                                                                                 
Monsieur le Ministre,
 
 
 
J’ai créé une Ecole Française d’Equitation en 1990 à l’orée de la Forêt Domaniale de Sillé-le-Guillaume dans la Sarthe.
 
J’y enseigne avec passion l’équitation depuis plus de 20 ans. Une équitation qui est très diverse, comme nous tous. A la fois un art comme le dressage, un sport comme le concours de sauts d’obstacle ou un loisir comme la promenade en forêt.
 
Mais dans cette diversité, le point commun est l’éducation et le respect de l’autre, du cheval et de la nature.
 
 
Je me permets d’attirer votre attention sur les problèmes rencontrés en Forêt Domaniale de Sillé-le-Guillaume : la présence de chasseurs, à tir ou à courre, rend sa fréquentation difficile, voire dangereuse.
Le massif de Sillé est le plus chassé de France, avec 5 jours de chasse par semaine pendant plus de 6 mois, de Septembre à fin Mars.
 
Les chasseurs représentent un peu plus de 2% de la population ; Est-il normal qu’ils occupent la forêt domaniale plus de 70% du temps pendant la saison de chasse, interdisant ainsi son accès au 98% de non chasseurs ?
 
Mon but n’est pas de supprimer la chasse en Forêt de Sillé, mais de concilier les différentes activités en forêt domaniale, et de permettre à tous d’y accéder sans danger.
Il serait possible, par exemple, de n’autoriser la chasse dans les forêts domaniales qu’une semaine sur deux : les semaines « impaires » pas de chasse. Ou bien d’éviter de chasser le mercredi, le samedi et pendant les vacances scolaires…
 
 
Vos services, en concertation avec les différents usagers de la forêt, pourraient peut-être engager une réflexion sur ce thème et essayer de trouver une solution équilibrée.
 
Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce courrier, et vous prie de croire, monsieur le Ministre, en l’assurance de mon sincère respect.
 
 
 
 
 
 
 
                                                           LE GREZ, le  12 Avril 2013
 
 
 
                                                                                        Pierre-Olivier DOUESNARD
 
 
  

Réponse du ministre

                                                                                                                                                                        PARIS, le 11 Octobre 2013

 

Monsieur,                              

 

Par courrier en date du 12 avril 2013, vous me faites partdes difficultés que vous rencontrez dans la pratique de l'équitation au sein de la Forêt domaniale de SILLE LE GUILLAUME dans la Sarthe.

Vous écoquez notamment la période de pratique de la chasse, 5 jours par semainesur près de 6 mois, de septembre à fin mars, ainsi qu'un exercice de celle-ci, à tir ou à courre, qui viendrait perturber l'usage paisible de la forêt que vous en attendez pour exercer votre activité.

La forêt domaniale au regard de l'article L121-3 du code forestier, doit satisfaire à des besoins d'intérêt général et notamment à la promotion d'activités telles que l'accueil du public.La chasse est une activité parmi d'autres, réglementée au titre du code de l'environnement et dont la pratique, et particulièrement les dates de chasse, sont fixées par l'Etat.

Dans les f^rêts domaniales, la chasse est régie par le code forestieraux articles R213-45 et suivants, l'Office National des Forêts ( ONF) déterminant les parties sur lesquelles le droit de chasse sera exploitéet ce en assurant un équilibre sylvo-cynégétique harmonieux au sens de l'article L 425-5 du code de l'environnement.

Dans ces conditions, et sur le fondement des textes évoqués ci-dessus, il s'agit de parvenir à permettre le meilleur accueil en forêt pour les différentsusagers et à en optimiser le bénéfice social, tout en rappelant le principe qui est que la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres.

Je ne manquerai pas de rester attentif à la pratique de la chasse dans la forêt domaniale de SILLE LE GUILLAUME et j'ai alerté l'ONF sur les enjeux qui s'y attachent.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de ma considération distinguée.

                                                               Stéphane LE FOLL

 

Powered byE2I sports